L'histoire

Connue depuis l’antiquité, l'eau d'Orezza était déjà savourée par les Romains, qui en appréciaient les qualités exceptionnelles.

L’histoire de l’eau d’Orezza se poursuit dans l’époque moderne : son exploitation est autorisée par décret ministériel  sous Napoléon III, le 25 avril 1856; 10 ans plus tard, le 7 février 1866, elle est reconnue d'intérêt public par décret impérial.

Plus tard, au XIXe siècle, les établissements d'Orezza, avec leurs salles de bains, de douches et de massages, étaient très prisés des curistes : cette précieuse eau thermale soignait les cas d'anémie, les troubles du système nerveux, le paludisme, les affections du foie et des reins.

On se mit alors à croire en la puissance thérapeutique miraculeuse de l’eau d’Orezza.
Au XXe siècle, lors de la deuxième guerre mondiale, elle fut même envoyée en Afrique du Nord pour apporter force et vitalité aux combattants anémiés.

La Castagniccia

L’eau d'Orezza origine
dans une des plus belles régions
de Corse, la Castagniccia,
un terroir qui doit son nom
aux très nombreux châtaigniers,
castagni en corse,
qui la peuplent.

Le site d'Orezza, niché dans un très bel écrin
de verdure, a fait l’objet
d’une importante rénovation
qui a su conserver
le cachet d'antan des lieux.

La production et l'embouteillage

L'eau d'Orezza, eau minérale naturelle renforcée au gaz de la source, est reconnue comme l'une des eaux les plus riches en fer au monde. Aussi, pour permettre sa mise en bouteille, l’eau doit faire l’objet d’un traitement de déferrisation.

L’usine d'Orezza a mis en place un procédé de déferrisation qui se base sur un principe totalement naturel : l’oxydation à l'air.

Ce traitement de l'eau s’articule en 4 étapes :